Présentation de la Compagnie Théâtre des Intrigants

Depuis de nombreuses années, la situation des théâtres et ballets nationaux africains n'a cessé de se dégrader. Le manque de moyens, la carence ou la vétusté du matériel technique, la baisse sensible de la fréquence et de la qualité des spectacles ont entraîné la démobilisation des artistes. Le public, de plus en plus paupérisé, ne peut plus s'offrir le prix d'un billet d'entrée. Conscients de la gravité de cette situation, des artistes ont  courageusement tenté l'aventure de l'indépendance en fondant leurs propres compagnies. Au départ sans aucun moyen ni lieu de travail, des structures stables ont peu à peu vu le jour grâce à la passion et à l'engagement total de leurs membres. Souvent ancré dans la réalité sociale et s'adressant à un large public, leur travail artistique s'est rapidement développé et popularisé.

 Pionnière de cette démarche, la Compagnie Théâtre des Intrigants a décidé, depuis sa création en 1982, de pratiquer un théâtre en lien avec la réalité quotidienne de la société congolaise. Elle veut être le porte-parole de la masse, être la voix des sans voix, à travers plusieurs objectifs:

 - La création de spectacles professionnels basés sur des textes d'auteurs africains contemporains.

 Depuis presque vingt ans, la compagnie s'efforce de révéler les auteurs africains, qu'ils soient congolais ou non. Ainsi ont été monté par exemple  Nlandu Mayamba, Sony Labou Tansi, Patrice Ndedi Penda, Moussa Diagana, Ahmadou Kourouma, Siba Fassou, Kulumbi N'Sin, Mariam M'Bâ, Yoka Lye et Sangu Sonsa.

 - Dénoncer avec humour la corruption politique et morale environnante et questionner les changements intervenus dans la société.

 L'humour tient une place de  choix dans les mises en scène de la compagnie, c'est un puissant moyen de faire passer des idées, de mélanger divertissement et réflexion.  Cela correspond parfaitement à l'état d'esprit congolais. Le choix des pièces va vers des textes critiques, qui parlent  de situations quotidiennes ou sont basés sur des phénomènes de société. Le rapport entre fiction et réalité est immédiat.

 - Offrir une formation continue aux comédiens et aux techniciens de théâtre congolais, grâce à des ateliers et à des stages.

Les Intrigants ont organisé des stages de mise en scène, de jeu, de régie, de gestion et de nombreux ateliers animés par des artistes africains, français, belges, canadiens et suisses, pour le bénéfice de tous les comédiens et techniciens de Kinshasa.

- L'initiation des enfants et des jeunes à la pratique théâtrale.

 Les Intrigants ne sont pas une compagnie de théâtre pour enfants, mais une grande partie de leur travail s'adresse à la jeunesse. En plus de l'aspect strictement  pédagogique, il s'agit de faire prendre la parole aux enfants en leur donnant des moyens d'expression. Ainsi ils peuvent donner leur point de vue sur leur environnement social et politique. Formés aux techniques théâtrales, ils utilisent également le théâtre comme une véritable catharsis pour se libérer des angoisses créées par la guerre et les conditions de vie souvent misérables.

La compagnie a créé en 1987 un festival unique en Afrique, les  JOUCOTEJ (journées congolaises de théâtre pour et par l'enfance et la jeunesse) qui réunissent chaque année des troupes d'enfants et des troupes professionnelles nationales (et une année sur deux internationales) devant des milliers de spectateurs, pour la plupart des enfants. Malgré la guerre, les Intrigants ont réussi l'exploit d'organiser ce festival jusqu'à ce jour.

 - S'engager au côté de la société civile pour favoriser les changements sociétaux et renforcer la démocratie.

 Utiliser le théâtre pour  informer et instruire, sans négliger ni la qualité, ni la rigueur artistique est également un objectif prioritaire de la compagnie. A la demande d'ONG ou de l'ONU, ils pratiquent un théâtre dit « utile » et ont créé par exemple des spectacles sur les rapports entre bailleurs et locataires en milieu urbain suite à l'exode rural et d'autres sur la question des élections et de l'apprentissage de la pratique électorale. Au côté de la MONUC, ils se sont rendus dans les zones de guerre pour expliquer, grâce au théâtre,  les droits de l'homme aux soldats, en mettant particulièrement l'accent sur le viol. Sur le plan sanitaire, ils ont participé à des campagnes de vaccination ou de prévention du sida, avec des spectacles spécialement destinés à une population analphabète.

 Toutes ces activités ancrent profondément et de façon exemplaire la Compagnie Théâtre des Intrigants dans les tissus artistiques et sociaux du Congo contemporain. Leur travail affirme la liberté, l'indépendance et le savoir-faire des artistes africains. Il stimule les créations locales, crée des postes de travail et participe directement à l'émergence d’une société civile politiquement active.

 Sur le plan international, le travail des Intrigants a été récompensé par de nombreuses distinctions, dont le prix Afrique en création en 1994. Le spectacle "Misère" tourné à Bruxelles, Paris et Genève en 1992 a été invité à la première édition du Marché des Arts et Spectacles Africains (Abidjan 1993) et à différents festivals: France (Avignon 1994), Belgique, Maroc, Bénin. Depuis sa création, "Misère" a été jouée plus de 400 fois.  "Le Caméléon" et "Le Président" ont tourné en Côte d'Ivoire (MASA 1997), en Europe et en Afrique Centrale. "La Métamorphose de Frère Jéro" a tourné à Genève, en Afrique de l'Ouest et Centrale (2000).

 La récente tournée de "La Guerre ou l'Amour" (printemps 2011) en Suisse Romande - dont 3 semaines de représentations à Genève - a été rendue possible grâce au soutien et à la collaboration d'Amnesty International, qui a organisé parallèlement aux représentations une exposition de photos, un stand d'information et des rencontres thématiques autour notamment de la guerre au Congo et des violences faites aux femmes au Kivu. De nombreuses classes d'élèves genevois ont également assisté au spectacle.