Les caféiculteurs du Burundi face à la Banque Mondiale

L´IRED présente sa nouvelle publication: "Les caféiculteurs du Burundi face à la Banque Mondiale. Luttes pour une réelle participation dans les privatisations."

"En crise depuis plusieurs années, la filière du café burundais est en train d’être réformée. Mais loin d’être impliqués, les paysans sont totalement ignorés. Le processus de privatisation imposé par la Banque mondiale, au lieu de leur permettre d’obtenir un meilleur revenu de leur production, est en train de mettre encore plus de pression pour diminuer les prix et leur ôte toute possibilité de participer à la gestion de la filière.
Les producteurs de café du Burundi, à travers la Confédération nationale des associations de producteurs (CNAC), ont lancé un appel international pour faire entendre leur voix. Ils appellent à un changement de méthode de la Banque mondiale qui néglige trop souvent la participation des producteurs dans les projets qu’elle finance. Son approche est technique, financière, économique et la dimension humaine souvent ignorée."

"Malgré leur nombre, la voix des caféiculteurs du Burundi ne suffit pas à se faire entendre de la Banque mondiale et des ins- titutions internationales qui prennent des décisions loin d’eux. Ils ont par conséquent lancé un appel international pour obtenir du soutien dans leurs démarches et leurs revendications.
Cette démarche est pleine de sens, car le problème ne se limite pas aux frontières du Burundi. Il possède une envergure inter- nationale et c’est pour cela que des actions doivent être menées en commun, en Suisse, en Belgique et dans d’autres pays."

Pour plus d´infos sur le site IRED