Partenaires financiers

«Les fédérations cantonales de coopération constituent un pôle de compétences sur lesquels les collectivités publiques peuvent s’appuyer pour l’investissement des moyens engagés et la promotion du débat sur le développement.»
Martin Dahinden, directeur de la
DDC

Pour renforcer le lien avec les principales collectivités publiques qui la financent et la proximité avec leurs responsables politiques et administratifs, la FGC dispose de deux modalités principales:

Accords-cadres

La FGC a conclu des accords-cadres avec ses partenaires-bailleurs les plus importants, à savoir la DDC, l´État de Genève et la Ville de Genève.
Ces accords de partenariat fixent le cadre de la collaboration et déterminent les engagements financiers.

D’une durée de 4 ans, ils permettent à la FGC de connaître les montants dont elle dispose pour financer les projets de ses associations membres, et lui donnent ainsi une visibilité à plus long terme des actions qu’elle peut soutenir.
Ces accords-cadres comprennent également un montant consacré au fonctionnement de la FGC.

Contrats de partenariats

La FGC a signé des contrats de partenariat avec les communes de Plan-les-Ouates, Vernier, Onex, Chêne-Bougeries, Meyrin, BernexVeyrier, Satigny, Carouge et Lancy,

En parallèle, la FGC reçoit chaque année le soutien financier additionnel d'une dizaine d'autres communes genevoises. En 2013: Chêne-BourgConfignon, Genthod, Grand-SaconnexMeinier, Troinex, et Versoix ont ainsi financé des projets via la FGC.


Plus de 25 millions de francs consacrés à l’aide au développement par les collectivités publiques genevoises en 2010

Résultat de l’étude Solidarité Genève Sud menée par la FGC tous les 5 ans et dont la dernière édition analyse la situation en 2010, ce chiffre marque une augmentation de plus de 3 millions de francs par rapport au recensement effectué 2005.

Certes, cet effort représente près de la moitié du total de l’aide publique au développement versée par les communes et cantons suisses.

Pourtant, en 2010, outre l´État de Genève, premier canton suisse à s’être doté d’une loi spécifique, seules 18 communes sur 45 atteignaient ou dépassaient l’objectif de 0.7% de leur budget de fonctionnement consacré à l’aide au développement.