Nouvelles directives de la DDC pour sa collaboration avec les ONG

Le 2 juillet dernier, la Direction du développement et de la coopération (DDC) a présenté ses nouvelles lignes directrices de collaboration avec les ONG suisses. De nombreux changements ont été annoncés dans l'attribution des subventions, notamment les contributions de programme, c'est-à-dire les soutiens financiers octroyés à des programmes internationaux menés par des ONG suisses.

 

Parmi les éléments principaux présentés dans les nouvelles «Directives de la DDC pour la collaboration avec les ONG suisses»:

> Les contributions destinées aux organisations faîtières, aux fédérations cantonales et aux alliances d’ONG seront plafonnées: elles pourront obtenir au maximum 40% de leur budget international de la part de la Confédération. Notons, pour la FGC, que la part de la DDC sur l'ensemble des contributions des pouvoirs publics s'est établie à 29% en 2018, selon le rapport annuel 2018 de la FGC. Cela a représenté 3,05 millions de francs suisses sur un total des contributions de 10,4 millions.

> Les contributions en faveur des programmes internationaux des grandes ONG seront limitées à 30% à partir de 2021.

> Un plafond de huit millions de francs par an et par ONG, organisation faîtière ou fédération cantonale, s’appliquera désormais dans tous les cas.

> Les petites organisations devront former des alliances et présenter un programme commun sur un thème ou une zone géographique pour toucher des subventions.

> Le volume total des contributions de programmes demeure inchangé, à 120 millions de francs par an.

> Les contributions de programmes sont nouvellement accordées tous les quatre ans.

Le communiqué de presse reconnaît que les «ONG sont d’importants acteurs de la coopération internationale» qui «contribuent» à son succès. Un tiers environ des ressources débloquées par la DDC sont en effet mises en œuvre par le biais d’ONG, dont le savoir-faire, l'expérience thématique et opérationnelle, ainsi que la connaissance des réalités locales sont pleinement reconnues.

Réactions des ONG

Ces annonces ont provoqué de nombreuses réactions, comme en témoigne l'article paru dans Le Courrier le 19 juillet 2019. La situation est particulièrement compliquée pour les grandes oeuvres d'entraide, comme Helvetas ou Caritas, qui verront diminuer les montants avec lesquels elles menaient des projets dans les pays du Sud. «Pour de nombreuses organisations concernées, cette décision signifie qu'elles devront abandonner divers projets de développement dans des pays défavorisés et, dans certains cas, se retirer complètement des pays partenaires existants», a également déploré Alliance Sud.

Pour motiver la réforme du système d’attribution des contributions en faveur des ONG et l'introduction des nouveaux plafonds, la DDC explique que «le contexte de la coopération internationale a radicalement changé ces dernières années», selon le communiqué de presse. «Pour répondre efficacement aux défis croissants liés à la lutte contre la pauvreté ainsi qu’aux droits de l’homme, à la migration et à l’environnement», elle souligne la nécessité pour les acteurs étatiques et non étatiques de «coopérer plus étroitement».