L'installation de réalité virtuelle de la FGC invitée à Filmar

La 21e édition du Festival Filmar en América Latina débutera ce vendredi 15 novembre. La FGC y sera présente lors de plusieurs moments forts. Retrouvez-nous:

>  Lors de la soirée d'ouverture, vendredi 15 novembre, à 19:00, à l’Auditorium Arditi, au cours de laquelle la dernière œuvre du réalisateur chilien Patricio Guzmán La cordillère des songes sera projetée. La soirée d’ouverture se déroulera en présence du président du Conseil d’Etat genevois, Antonio Hodgers, de la secrétaire générale de la FGC, Catherine Schumperli, du président de l’association Cinéma des Trois Mondes, Jean-Pierre Gontard et de la directrice de Filmar, Vania Aillon.

 

 

 

> L’installation de réalité virtuelle 360° sur le monde est proposée du samedi 16 novembre au mardi 19 novembre et du vendredi 22 novembre au mardi 26 novembre, de 17:00 à 20:00, dans le couloir Hornung de la Maison des Arts du Grütli. Elle sera animée par un groupe de jeunes bénévoles et permettra au public de découvrir par immersion plusieurs projets de coopération.

Le vernissage aura lieu dimanche 17 novembre à 17:00 en présence de Vincent de Vevey, réalisateur, et de Catherine Schümperli. Il sera suivi d’une verrée.

 


 
> Lors de la soirée de clôture, le dimanche 1er décembre à 19:00 à l'Auditorium Arditi, le président de la FGC, René Longet, remettra le Prix du public, en partenariat avec Helvetas. Huit films sont en compétition pour le Prix du Public Focus Sud : A Febre (de Maya Da-Rin) ; Blanco en Blanco (de Théo Court) ; By the name of Tania (de Bénédicte Liénard et Mary Jimenez) ; Divino Amor (de Gabriel Mascaro) ; El concursante (de Carlos Osuna) ; La Llorona (de Jayro Bustamante) ; Niña errante (de Rubén Mendoza) et Solo (de Artemio Benki). Le film El viaje extraordinario de Celeste García/Le voyage extraordinaire de Celeste García, du cinéaste cubain Arturo Infante, clôturera la soirée.

 

Suite aux événements qui ont lieu actuellement en Amérique latine  - répression sanglante des manifestations au Chili, démission du président Evo Morales en Bolivie, libération de l’ancien président Lula qui se positionne comme opposant à l’actuel président Bolsonaro au Brésil et élection d’Alberto Fernández à la présidence de l’Argentine-, Filmar prend une résonnance particulière: il accueillera «des réalisateurs et réalisatrices engagé·e·s qui dialogueront avec le public et nous permettront de mieux comprendre les réalités que vivent les peuples du continent latino-américain grâce à la diversité d’un cinéma d’auteur de qualité face à la déferlante des productions hollywoodiennes», explique la directrice de FILMAR, la cinéaste genevoise d’origine chilienne Vania Aillon.


 Découvrez aussi notre clip 2019:


 

 

Regardez l'interview de Vania Aillon sur Léman Bleu: