La FGC s'engage pour le langage inclusif

Lors de son Assemblée générale du 21 juin, la FGC a décidé d'utiliser le langage inclusif dans l'ensemble de ses documents de référence, publications et canaux de communication. Cette évolution montre l'importance accordée à la construction de relations équitables entre les hommes et les femmes, celles-ci constituant l'un des critères de développement d'une société. La Fédération contribue ainsi à la mise en oeuvre du cinquième Objectif de développement durable (ODD) des Nations unies: il vise à parvenir à l'égalité et à l'autonomie des femmes et des filles d'ici 2030.

Ce changement s'inscrit dans une modification des Statuts de la FGC. Le préambule, qui retenait le masculin pour désigner les personnes exerçant des charges, fonctions ou mandats au sein de la FGC, a été supprimé, permettant de rédiger ce texte dans une forme inclusive. Cette modification a été acceptée à l'unanimité.

 

Le 21 juin, les associations membres de la FGC ont procédé à une révision plus large des Statuts. Les principales autres modifications concernent:

> La création d’une Commission partage des savoirs. Cette nouvelle commission permet d’institutionnaliser le Programme de partage des savoirs (PDS) et de simplifier le fonctionnement, ainsi que les procédures actuellement en place. Elle offre ainsi un espace de réflexion stratégique relatif au Programme de partage des savoirs et à l’évaluation des projets. La nouvelle Commission remplacera les deux groupes de travail actuels: le groupe stratégique du programme Partage des savoirs et le groupe d’évaluation des projets partage des savoirs.

> Elargissement de la forme juridique des associations membres. L’article 4 des Statuts, relatif aux associations membres, a également fait l’objet d’un amendement. Les formes juridiques proposées pour adhérer à la FGC (association, art. 60 ou fondation, art. 80 du CCS) apparaissent comme restrictives et peuvent prêter à confusion (certaines associations ou fondations peuvent avoir des buts lucratifs). Dès lors, il a été accepté de spécifier: «Peut devenir membre de la FGC toute personne morale ayant son siège dans le canton de Genève, un ancrage genevois et qui y exerce des activités propres et répondant aux conditions suivantes: a. qui est régie par les articles 60 et suivants, ou 80 et suivants du CCS ou d’autres formes de personne morale, sans but lucratif, dévolues au bien public».

Les Statuts, adoptés en mars 2015 et figurant dans le Manuel (édition d’août 2016), sont désormais caducs. Le Manuel de la FGC fait actuellement l’objet d’une refonte. Les nouveaux Statuts y seront publiés lorsque le travail de réécriture aura été finalisé.

Lire les nouveaux statuts: Statuts_du_21_juin_2018.pdf

 

L'Assemblée générale de la FGC du 21 juin 2018