Café-débat du 4 juillet : discussion autour du projet de message fédéral sur la coopération

Date: 
04.07.2019
Lieu: 
Salle de réunion de la FGC, 6 rue Amat

Les orientations stratégiques de la Suisse pour la période 2021-2024 dans le domaine de la coopération internationale font l’objet d’une procédure de consultation publique. C’est la première fois que le Conseil fédéral procède ainsi avec le projet de message sur la coopération internationale. Les collectivités publiques, les partis, les organisations faîtières de l’économie ainsi que les ONG sont invités à donner leur avis d’ici au 23 août 2019.

La FGC, ainsi que les autres fédérations de coopération, projettent d’envoyer une prise de position commune, et souhaitent en débattre avec les membres de la FGC. Pour préparer et discuter les prises de position, un café-débat sera organisé le jeudi 4 juillet à la FGC, de 12:30 à 14:00.

Pour des questions d'organisation, merci de vous inscrire auprès de Michaela Büschi (michaela.buschi@fgc.ch) jusqu'au lundi 1er juillet, à 12:00.

«Gagner en efficacité»

Le Rapport explicatif sur la coopération internationale 2021-2024 a été présenté le 2 mai 2019, à Berne, par le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), Ignazio Cassis, et par le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) représenté par la directrice du SECO, Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch.

Le projet prévoit que «la coopération au développement soit davantage ciblée pour gagner en efficacité», selon le site de la DDC, qui permet également de revoir la conférence de presse. Pour la période 2021-2024, les principaux éléments de la stratégie envisagés sont: «la création d’emplois dans les pays du Sud, la lutte contre les changements climatiques et les causes des migrations irrégulières et forcées, l’engagement en faveur de la paix et de l’état de droit». «La coopération internationale tient compte des intérêts de la Suisse en matière migratoire notamment», précise le document.

Régions prioritaires

S’agissant des régions d’intervention, le DFAE indique que «la coopération bilatérale au développement se concentrera sur quatre régions prioritaires: l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, l’Afrique subsaharienne, l’Asie (Asie centrale, du Sud et du Sud-Est) et l’Europe de l’Est. (…) Le DFAE transférera progressivement, d’ici à 2024, des ressources affectées à certains pays à revenu intermédiaire notamment en Amérique latine vers ces quatre régions prioritaires. Le nombre de pays prioritaires de la DDC passera de 46 à 34.»

Le soutien à des ONG actives en Amérique latine ou dans d’autres régions non prioritaires pour le DFAE ne sera pas affecté par ces changements: leurs projets pourront toujours être soutenus financièrement, notamment par l’intermédiaire de la FGC.

 

 

Le Conseil fédéral soumettra début 2020 au Parlement le message sur la coopération internationale pour la période de 2021 à 2024. Un montant total de 11,37 milliards de francs suisses est prévu sur la période 2021–2024. Selon les prévisions les plus récentes, l’aide publique au développement (APD) de la Suisse atteindra 0,45% de son revenu national brut, un niveau inférieur à l’objectif de 0,5% fixé par le Parlement en 2011.

La coopération suisse évaluée par l'OCDE en 2019

Lors de l’examen de la coopération internationale de la Suisse réalisé par le Comité d’aide au développement (CAD) de l'OCDE, présenté à Berne le 5 avril 2019, la Suisse avait été encouragée à poursuivre son objectif de consacrer 0,5% de son revenu national brut à l’aide publique au développement. Par ailleurs, les résultats de cet examen sont dans l’ensemble positifs: la Suisse est un partenaire solide et fiable du développement, estime le CAD. Le Comité adresse à la Suisse de nouvelles recommandations qui doivent lui permettre de relever les défis à venir.

Position d'Alliance Sud

Après la présentation de ces orientations, Alliance Sud a immédiatement réagi : elle considère que la lutte contre la pauvreté dans les pays du Sud et la création de perspectives pour les plus faibles doivent rester prioritaires, conformément au mandat constitutionnel et à la loi qui guident la coopération suisse au développement. Elle s’inquiète du fait que la coopération doivent toujours plus promouvoir les intérêts de la Suisse en matière migratoire, économique et sécuritaire. Alliance Sud a publié un premier document de position, il précède sa réponse à la consultation.

Le Courrier a consacré une page au «nouveau visage de l’aide suisse».

 

Adresse pour l’envoi des réactions :

Jusqu’au 23 août 2019, en Word et en PDF à : M21-24@eda.admin.ch