Les podcasts et vidéos de la FGC

 

Revoir le café-débat du 8 octobre 2020: «Comment transformer les principes de la souveraineté alimentaire en actions concrètes dans les projets de coopération?»

Ce café-débat en ligne a permis aux membres de la Plateforme souveraineté alimentaire (PSA) de la FGC de présenter les huit fiches pratiques développées pour concrétiser les différents principes de la souveraineté alimentaire. Sous le titre Pratiques et défis de la souveraineté alimentaire dans la coopération internationale, ce recueil se veut un outil pour inciter les ONG à transformer les principes de la souveraineté alimentaire en actions concrètes lors de la conception, la mise en oeuvre et le suivi des projets.

 


 

Revoir la table ronde du 15 octobre 2020: «Covid-19: quel impact sur la coopération au développement?»

La table ronde organisée par la FGC, en partenariat avec le Global Studies Institute (GSI) de l'Université de Genève, a rassemblé près de 250 participant·e·s le 15 octobre 2020, dans l'auditoire B106 où elle avait lieu et en ligne sur les sites de l'Université et du GSI.

Modérés par Carmen Delgado Luchner, post-doctorante en Études africaines au GSI, les débats ont porté sur les conséquences de la pandémie du Covid-19 sur la coopération au développement dix mois après le début de la crise qui secoue l'ensemble de la planète. Ses impacts sanitaires, sociaux et économiques ont été passés au crible, comme les lourdes conséquences qui vont se faire sentir sur plusieurs années.

 

Chapitrage de la table ronde (minutes):

0:00 • Didier Péclard, directeur du Master en études africaines du Global Studies Institute
12:34 • René Longet, président de la Fédération genevoise de coopération ( FGC )
21:23 • Catherine Schümperli Younossian, secrétaire générale de la FGC
31:19 • Christian Frutiger, vice-directeur à la DDC, chef du domaine de la coopération globale
40:06 • Melik Özden, le directeur du CETIM
51:59 • Noël Zankone, coordinateur national d'E-Changer au Burkina
1:05:32 • Catherine Schümperli Younossian, secrétaire générale de la FGC
1:12:12 • Christian Frutiger, vice-directeur à la DDC, chef du domaine de la coopération globale
1:18:45 • Questions du public et débat
2:02:50 • Conclusion

 


Revoir le café-débat du 23 avril 2020: la finance dans l'habitat solidaire, en collaboration avec urbaMonde

Comment les groupes d’habitant·e·s des villes et des quartiers vulnérables s'engagent et s’organisent pour un habitat digne et durable? Comment à l'échelle de nos lieux de vie respectifs pouvons-nous soutenir ces initiatives? 
 
Au Sénégal, un programme d'appui à l'aménagement urbain et d'amélioration de l'habitat dans les quartiers précaires de Dakar présente des résultats impressionnants et continue de se développer grâce à l'implication des habitant·e·s organisé·e·s autour d’un système d'épargne solidaire et un fonds rotatif local.

Au Nicaragua, des coopératives d'habitation s’appuient sur les principes d'autogestion, d’entraide mutuelle et de propriété collective pour diminuer les coûts, lutter contre la spéculation et gérer collectivement un fonds rotatif local pour acheter des terrains et construire leur logement.
 
Lors de ce café-débat, des intervenant·e·s de l'association urbaMonde et de son réseau ont développé la thématique de la finance solidaire, du dispositif des fonds rotatifs et présenté le projet de Fonds pour l’Habitat Solidaire développé par l'association en Suisse.
 
 

Revoir le café-débat du 23 avril 2020: dix ans d'appui aux communautés burkinabés, expériences et bonnes pratiques, en collaboration avec l'ADAP

En raison de la pandémie de coronavirus et des mesures de distances sociales qui en découlent, les cafés-débats de la FGC se tiennent désormais par vidéo-conférence. Le premier débat a été organisé en collaboration avec l'ADAP (Association pour le développement des aires protégées, qui a partagé sa démarche de capitalisation d'expérience. 

 


Ecoutez notre débat «Formation et coopération, un «plus» pour les jeunes», à la HETS, le 31 mai 2018

L’éducation au développement dans les pays du Nord, la formation professionnelle dans ceux du Sud: l’une comme l’autre placent la coopération au service des jeunes. L’une comme l’autre sont porteuses d’espoir et de sens.

Au Sud, les projets de coopération dans le domaine de la formation des jeunes favorisent l’accès au(x) savoir(s) et à l’emploi. Au Nord, l’éducation au développement sensibilise aux enjeux Nord-Sud dans le but, notamment, de favoriser l’engagement citoyen en s’appuyant sur des valeurs de solidarité et d’ouverture.

Quels projets de formation sont les plus porteurs, au Nord comme au Sud? A quel(s) engagement(s) peut conduire la sensibilisation aux enjeux du développement? Pour débattre de ces questions, la Fédération genevoise de coopération (FGC) a organisé une table ronde, en partenariat avec la Haute école de travail social (HETS), le 31 mai 2018, à la HETS.

Participant·e·s

> Anne Lavanchy, anthropologue, professeure à la HETS et directrice du module «Travail social international»
> Joost Monks, directeur exécutif du Norrag (Réseau sur les politiques et la coopération internationales en éducation et en formation)
> Reto Grüninger, chef de la division Amérique latine et Caraïbes à la Direction du développement et de la coopération (DDC) du DFAE (sur la photo)
> Isabelle Lejeune, directrice de l’association Tourism for Help
> Pierre-Yves Pettinà, chargé de mission - projets solidaires au DIP

Ecoutez la table ronde : 


Ecoutez notre débat sur la culture et le développement, au Théâtre La Parfumerie, le 4 octobre 2017

 

Comment la culture est-elle devenue un vecteur de développement sur la scène internationale et en Suisse? Les projets culturels sont-ils soutenus par l'aide publique au développement au même titre que des projets classiques?

A l'occasion de la 4e Journée Genève Solidaire, la Fédération genevoise de coopération a organisé une table ronde au Théâtre de la Parfumerie sur le thème de la culture et du développement.

Participant·e·s

> Sandrine Salerno, vice-présidente du Conseil administratif de la Ville de Genève, en charge du Département des finances
> Géraldine Zeuner, cheffe de l’équipe Culture et Développement à la Direction du développement et de la coopération (DDC) du DFAE
> Diego Gradis, président exécutif de Traditions pour Demain et coordinateur du Forum de l'UNESCO des ONG pour le patrimoine culturel immatériel
> Michel Faure, metteur en scène et Président de l’Association de soutien au Théâtre des Intrigants (Assotic)
> Bavon Diana, comédien, membre de la compagnie Théâtre des Intrigants

La table ronde était suivie d’une représentation de «Nazali Kinshasa» («Je suis Kinshasa»), une pièce de théâtre documentaire mise en scène par Michel Faure. 

Ecoutez la table ronde :